Passiflore,
je réduis mes déchets !
                                             Serre Vivante - Jura Nature Environnement

Un autocollant Stop Pub !

Une action volontariste pour
freiner l'augmentation des quantités de déchets ...

L'opération " Stop Pub " est l’une des premières actions dans laquelle se sont engagés en janvier 2009 les 30 foyers témoins participants à l’opération « Passiflore, je réduis mes déchets » pour réduire les quantités de déchets à la source et sensibiliser les habitants de l'agglomération à la question globale de la réduction des déchets.

Limiter la production de déchets générée par la publicité non adressée… On estime qu'un foyer français reçoit en moyenne près de 40 kg de documents non adressés chaque année. Ce qui représente pour l'agglomération Doloise environ 1000 tonnes de déchets papier qui sont triés pour être recyclés par les habitants ou incinérés (s'ils sont mis dans le bac gris). La charge financière de la collecte, du tri ou de l'incinération est aujourd'hui supportée par l'agglomération et ses contribuables. Il apparaît donc important de limiter ce type de déchets et de permettre aux habitants de choisir s'ils veulent recevoir ou non ces documents. Si 10 % des foyers du Grand Dole refusait la publicité, on peut estimer que près de 80 tonnes de papiers seraient économisées soit un gain économique d'environ 12 000 € pour la collectivité, sans oublier le gain écologique (ressources, énergie…). Pour information, lorsqu'on produit une tonne de papiers, il faut en moyenne 10 arbres, 15m3 d'eau et 6 000 Kwh d'électricité. Le coût énergétique de fabrication par tonne s'élève à 200 €.

Pourquoi refuser la publicité dans sa boîte aux lettres ?

  • pour la protection de l'environnement, et pour des raisons économiques : elle représente près de 40 Kg de papier par an et par boîte aux lettres qui finissent à la poubelle et augmentent le volume de nos ordures ménagères, ce qui se traduit par l'augmentation de la taxe de ramassage ;
  • elle encombre inutilement celui qui ne les lit pas ;
  • elle signale l'absence de celui qui part quelques jours.

Quels arguments pour les réticents au stoPub ?

Q : Il ne faut pas supprimer les journaux gratuits; ils sont bien pratiques pour acheter ou vendre quelque chose d'occasion, ou pour être au courant des soldes et promotions.
R : Notre intention n'est pas du tout de supprimer ces publications, mais simplement de permettre à ceux qui ne les lisent pas de ne plus les recevoir; autrement dit, la question n'est pas: " êtes-vous pour ou contre les publicités et journaux gratuits ?", mais plutôt : " êtes vous d'accord pour que votre voisin, qui met ces publications directement à la poubelle, ait le droit de ne plus les recevoir ?" De plus, si vous avez besoin occasionnellement des journaux d'annonces, vous pouvez toujours vous les procurer à la boulangerie du coin.
Q : Vous allez mettre au chômage ceux qui distribuent ces publications.
R : Même si une boîte aux lettres sur quatre arbore notre autocollant, le temps de distribution sera sensiblement le même; les distributeurs étant maintenant payés à l'heure, leur rétribution ne changera pas; ils auront simplement moins lourd de publications à transporter; nous améliorons donc leurs conditions de travail. Une convention collective de branche concernant l'ensemble du secteur de la Publicité Non Adressée (PNA) est entrée en vigueur le 1er juillet 2005. Désormais, les diffuseurs sont mensualisés ; la rémunération est liée au temps de travail et non plus au nombre de PNA distribuées. Au dire des entreprises, cette nouvelle convention entraîne un surcoût non négligeable, ce qui signifie que les diffuseurs sont mieux rémunérés ; on ne peut que s'en réjouir !
Q : Les magasins ne vont pas être contents
R : Au contraire, leur publicité sera plus efficace, car ceux qui ne la lisaient pas ne la recevront plus (d'où économie) ; ceux qui en tenaient compte continueront à la recevoir ; Avec l'autocollant, on réduit le nombre de foyers qui reçoivent la publicité, sans changer les rapports de force entre concurrents ; nous brisons ainsi cette spirale de pub à outrance, qui est, en fin de compte payée par le consommateur ; les petits commerçants, qui n'ont pas les moyens de faire de la pub n'en seront que moins désavantagés.
Q : Et la liberté de circulation de l'information ?
R : Nous insistons à nouveau sur le fait qu’il s’agit de refuser les publicités et les journaux d'annonces, mais de continuer à accepter l'information municipale, l'information politique et l'information culturelle, même si ces publications comportent parfois quelques réclames...

Quelques repères chiffrés ...

Pour une collectivité de 50 000 habitants comme le Grand Dole (soit 20 000 Boîtes aux lettres) l'économie annuelle de 40 kg pub/foyer représente 800 000 kg d'imprimés non sollicités/an, soit environ 120 000 € (1 tonne d'INS à traiter = 150 € )

  • Equiper 10 % des boîtes aux lettres avec un autocollant STOP-PUB permetrait l'évitement de 80 tonnes d'imprimés non sollicités, soit une économie de 12 000 € pour la collectivité à peu de frais !
  • Avec l'équipement de 15 % des boîtes aux lettres, on passe à 120 tonnes d'imprimés non sollicités, soit une économie de 18 000 € par an ...
Pour en savoir plus : étude "Evaluation des impacts socio-économiques d’une politique de prévention des déchets – Stop-pub– Novembre 2005", ADEME

Quelques visuels :

 

 

____________________________________________  
© Pascal Blain 
- décembre 2009