Passiflore,
je réduis mes déchets !
                                             Serre Vivante - Jura Nature Environnement

Compost des champs, compost des villes ...

Le compostage, outil de la prévention des déchets

Le compostage domestique fait partie des pratiques permettant le traitement et la valorisation à domicile, ou à proximité, des déchets organiques des ménages. Il participe donc à la prévention de la production de déchets à collecter et traiter collectivement
Composter ne doit donc pas être réservé au jardinier averti : chaque citoyen peut assumer sa responsabilité en réduisant le volume d’ordures ménagères qu’il produit.

Après la mise en place d’un autocollant stop-pub sur leur boite aux lettre pour refuser les imprimés non sollicités en décembre, une réflexion sur la réduction des déchets lors de l’acte de l’achat en janvier, l’accent est mis en février 2009 sur le compostage. Compostage individuel pour ceux qui le peuvent en milieu rural mais aussi compostage collectif en pied d’immeuble ou même à l’échelle d’une rue ou d’un quartier.

Michel Maublanc, directeur de l’atelier Pasteur animera une matinée sur le thème du compostage individuel samedi 14 février de 9h30 à 12h dans les locaux du SICTOM de la zone de Brevans.

Téléchargez ici la présentation de Michel Maublanc (32 diapositives, 1,8 Mo)

Pascal Blain, président de Serre Vivante animera une autre rencontre sur le thème du compostage collectif lundi 16 février à 20h30 salle Picasso, place du 1er Mai à Damparis

Téléchargez ici la présentation de Pascal Blain (56 diapositives, 2,1 Mo)

Le compost, issu de la dégradation biologique des déchets organiques, constitue un engrais de qualité. Il améliore la structure du sol et apporte des éléments nutritifs indispensables à vos cultures et plantes d'ornement, nourrissant la terre de ce qui en a été extrait

Quelques repères chiffrés ...

)

Nos déchets explosent…

Le volume des déchets dans nos sociétés, qu’il s’agisse des déchets ménagers comme des déchets professionnels, atteint des niveaux préoccupants. 353 kilogrammes d’Ordures Ménagères ont été produits par habitant en 2004.

Les déchets professionnels ne sont pas à sous-estimer. En effet, avec les déchets des entreprises, des collectivités, de l’agriculture et de la sylviculture, leur production annuelle atteint plus de 475 millions de tonnes par an2.

Aujourd’hui, le traitement des déchets ménagers est réalisé de la manière suivante :

L’incinération et l’enfouissement posent des problèmes environnementaux et sanitaires et sont aujourd’hui confrontés à l’opposition des riverains.
Afin de réduire le volume de nos déchets et leurs impacts, il est indispensable d'augmenter la part du traitement biologique en s'attaquant aux déchets organiques.

Les déchets organiques en détail

Une part importante des produits résiduels des ménages :
Le volume de déchets valorisables biologiquement peut s’élever jusqu’à 100 kg/habitant/an, soit près d’un tiers de notre poubelle ! (source ADEME)

Pourquoi ne pas incinérer les déchets organiques ?
Leur composition à forte proportion en eau (60 à 90%) rend l’incinération difficile et le rendement énergétique moindre du fait de leur faible potentiel calorifique.

Pourquoi ne pas enfouir les déchets organiques ?
En décharge, leur dégradation conduit à la production de biogaz qui est principalement constitué de méthane et de CO2, tous deux gaz à effet de serre (le méthane a une capacité d’absorption des rayons ultraviolets 21 fois plus importante que celle du CO2). Le traitement biologique permet une captation de ces éléments polluants pour éviter ou limiter leur dispersion dans l’atmosphère.
L’ enfouissement des biodéchets entraîne la production de jus de décharge riches en composés organiques, nécessitant un traitement préalable avant rejet en milieu naturel.

Fermentations …

Le compostage, processus de dégradation de la matière organique par des micro-organismes en présence d'air et d'humidité (voie aérobie) en un produit comparable au terreau : le compost. Le compostage est caractérisé par :

  • une production de chaleur au début du processus : températures couramment observées comprises entre 40 et 70°C, consécutive à la forte activité des micro­organismes aérobies décomposeurs (oxydations exo­thermiques),
  • une perte de volume, due à la perte de matière (CO2 et eau produits à partir des matières organiques), à l'évaporation de l'eau sous l'effet de la chaleur et au tassement (perte de structure),
  • une transformation des matières organiques par voies chimique, biochimique (microbienne) et physique (changement de couleur, d'aspect, de granulométrie), notamment avec la production de composés humiques stabilisés.

Prévention des déchets

Le compostage domestique fait partie des pratiques permettant le traitement et la valorisation à domicile des déchets organiques des ménages . Il participe donc à la prévention de la production de déchets à collecter et traiter collectivement.
Composter ne doit donc pas être réservé au jardinier averti qui souhaitent produire lui-même un amendement naturel et l’utiliser directement dans son jardin ...
Cela permet de mieux prendre conscience du cycle de vie de la matière organique et de la transformation utile des déchets : chaque citoyen peut assumer sa responsabilité en réduisant le volume d’ordures ménagères qu’il produit.

Dès lors que 30% au moins de la population d’un territoire adopte le compostage domestique, on peut tabler sur une réduction d’au moins 10% du tonnage global d’ordures ménagères. Souvent, une partie de cette réduction est liée à une amélioration des performances de collecte sélective des emballages suite à l’action de promotion du compostage domestique.

Développer la gestion de proximité

A mi chemin entre la gestion domestique et la gestion collective à grande échelle, la gestion de proximité consiste à gérer les déchets organiques au plus près du lieu de leur production. Elle recouvre le compostage de quartier, le compostage au sein d’un établissement, le compostage sur de petites installations communales ou encore le co-compostage à la ferme.
Encore peu développée en France, cette gestion collective locale permet de traiter de petites quantités et de limiter les transports de déchets.

Une présentation du sujet a été faite en commission le 14 octobre 2008: Téléchargez la ici (56 diapositives - 2,1 Mo)

 

 

 

____________________________________________  
© Pascal Blain 
- décembre 2009